Partagez | 
 

 Raeth. Combattant de l'esprit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Raeth. Combattant de l'esprit.   Dim 18 Déc - 15:07

Partie Hrp.

Salutation. Voici donc l'histoire de mon premier personnage ici.

Je souhaite avec ce petit background, obtenir les sorts suivant:

- "Bondir" = 57882
- "Prise de vitesse" = 62375


J'aimerais aussi obtenir l'arme suivante: http://fr.wowhead.com/item=23540
Cette arme étant le katana que Nebras lègue à Raeth.

Musique d'ambiance: http://www.youtube.com/watch?v=GBFai-SVUFY

Je vous souhaite une bonne lecture.

__________________________________



Partie Rp


« L'allié le plus difficile à obtenir, c'est l'esprit. Une rude épreuve, mais une fois liée à lui, l'homme n'est plus le même. Désormais, à toi de réussir cette épreuve. »

Je me nomme Raeth. Un nom de famille ? *Rires* pour quoi faire ?
Où je suis né ? Hem... Aucune idée. Enfin bon, ce n’est pas important hein ?

Lui, c'est Raeth. Abandonné par ses parents sur un sentier de la Marche de l'Ouest juste après sa naissance. Il a eu la chance de croiser Nebras.
Qui est Nebras ? Ah pardon, Nebras est un sage, un ancien combattant qu'on appelait « Combattant de l'esprit ». Il recueillit cet enfant abandonné, le prit pour fils et le nomma Raeth.
Ce sage vivait dans une maison non loin des vastes plages de la grande mer. La pêche, la chasse et un léger troc avec des voisins éloignés lui suffisaient à subsister.
Il éleva Raeth, l'éduquant d'une manière irréprochable. Huit années après l'arrivée de l'enfant dans son foyer, il commença une tout autre éducation en parallèle, l'éducation du « combat de l'esprit » comme il disait.
« Raeth, un jour tout le savoir que j'ai, tu l'auras. Et ce jour-là je partirais en paix. » À son jeune âge, le garçon ne saisissait pas vraiment le sens de ces paroles.
« Ceci Raeth, c'est un katana, l'arme de prédilection de tout combattant de l'esprit, et quand tu en auras le pouvoir, il sera tien. » Dis Nebras en montrant du doigt une magnifique lame, posée sur une étagère.
Raeth demanda, de sa place d'enfant innocent, ce qu'était donc un « Combattant de l'esprit », le sage se contenta de lui répondre qu'il ne saurait que quand il sera en mesure de le comprendre, soit, pour sa douzième année.
Nebras commença par apprendre à Raeth l'art du combat, que se soit à mains nues ou armé. Le garçon eut bien du mal au début, mais ce désir d'apprendre était en lui, et ce désir l'aidait à progresser.
Le sage continua donc à éduquer le jeune, au bout de la quatrième année, Raeth avait enfin ses douze ans et son niveau en combat était assé élevé pour son âge il est vrai.
« Nebras ? J'ai atteint ma douzième année. Je veux que tu m'expliques pour les combattants de l'esprit ! » Dis Raeth un soir, après le souper.
Le vieux se leva, puis dit:
« L'allié le plus difficile à obtenir, c'est l'esprit. Une rude épreuve, mais une fois liée à lui, l'homme n'est plus le même. Désormais, à toi de réussir cette épreuve. »

- Pardon ? Déjà dit au début du texte ? Ah... Oui ! Mais c'est important, c'est en quelque sorte la devise de ce vieux Nebras. Alors bon, ne vous étonnez pas si elle revient. C'est bon je peux reprendre ? Merci.

Le garçon demanda des explications plus... compréhensibles. Le vieux l'envoya au lit et lui dit:
« Demain ! Demain, je te montre. »

Le lendemain, ils étaient dehors aux aurores devant la maison. Raeth resta le plus attentif possible, son maître commença son discours :
« Raeth, mon garçon, aujourd'hui je vais t'apprendre le “combat de l'esprit”. Sache que tu ne maîtriseras pas cet art avant plusieurs années. Pour commencer, une explication s'impose. »
Raeth acquiesa, Nebras continua:
« Imagine que tu veuilles courir à une vitesse inimaginable, sauter à une hauteur qui dépasse l'entendement, frapper à une cadence formidable avec une force qu'on ne te soupçonnerait même pas... C'est possible. Le seul problème, c'est ton esprit, tu dois réussir à t'en servir comme un outil, une arme ou même un allié. Tu dois sentir au plus profond de toi tes gestes et tes actes, il faut se concentrer. Sans cela l'esprit bloque ton corps et il en est de même pour la grande majorité des gens. »
Nebras montra le toit de la maison en souriant puis dit:
« Allé mon garçon. Saute sur le toit en un seul saut. »
La réponse de Raeth fut logique:
« Mais je ne peux pas ! Personne ne peut ! » Nebras retorqua « Non ! C'est toi qui ne prends pas assez bien en main ton esprit ! Il te bloque, car tu ne le contrôles pas de manière correcte pour le moment ! C'est là le principe d'un combattant de l'esprit ! Faire de son esprit un allié pour réaliser de grandes choses ! »

- *Rires* il est fou ce vi... OK je sors. -

Juste après ces mots, le vieux sage fléchit ses jambes, puis poussa d'un coup bref. Il bondit jusqu'au toit de la maison, le garçon resta bouche bée.
Nebras continua son discours depuis le toit
« Tu vois ? Mon esprit, après bien des années d'entrainements ? À force de persuasion, je suis devenu en quelque sorte lié à lui de manière plus proche que bien des gens, et vois ce que j'ai accompli. »
Il bondit au sol, puis, après un sourire en regardant l'enfant, se mit à courir autour de la maison. Un tour, deux, trois, il allait de plus en plus vite à chaque tour, sa vitesse dépassait celle d'un cheval. Il s'arrêta net, essoufflé, devant Raeth et, après avoir repris son souffle dit
« Voila ce que tu vas apprendre. Mais prends garde ! Même si ton corps est libre de faire ce qu'il souhaite, n'en abuse pas. Une course trop rapide trop longtemps pourrait te tuer étant donné que ton corps à faire de tels acte. De même pour les sauts majestueux, ton corps est libre, mais chaque atterrissage un peu trop violent t'abîme et tu pourrais te retrouver détruit pour le reste de ta vie. Prends donc garde. »
Raeth, le visage illuminé s'écria,
« J'ai compris ! J'apprendrais ! Je ferais tout mon possible et je serais prudent ! Et je deviendrais un Combattant de l'esprit moi aussi ! »

C'est à partir de ce jour que la véritable formation du garçon commença. Nebras lui enseignait toujours le domaine culturel, mais tous ses efforts étaient sur les entrainements au combat classique et cette formation au « combat de l'esprit ».
Chaque jour, Raeth s'entrainait, il sautait, courait. Se focalisant toujours sur ce problème d'esprit. Mais rien, aucun changement.
Le sage lui enseigna l'art de méditer, si bien que le garçon passait tout son temps libre et dehors des entrainements à méditer pour ne faire qu'un avec son esprit.

Trois années plus tard, touchant donc sa quinzième année dans ce monde, à force de méditer, à force de s'entrainer, à force d'y croire, des résultats se firent sentir chez Raeth.
Le maître était fier de l'élève, mais le résultat n'était pas encore vraiment là. Le garçon bondissait et courrait bien mieux, sa force et sa cadence de frappe avaient fortement changé, et ce n'était pas que parce qu'il avait grandi. Non ! Le travail commençait à payer.
Les années passèrent les une après les autres, les progrès étaient de plus en plus flagrants, à sa dix-huitième année, le garçon arrivait enfin à bondir sur le toit de la maison.
« C'est magnifique ! Mais ce n'est pas fini pour autant ! Tu pourras atteindre des endroits bien plus loin avec le temps ! » dit le maître ce jour-là.

Alors Raeth continua jour après jour son entrainement, parfois même de nuit. De plus en plus souvent il travaillait sans avoir son maître à ses côtés. Aussi, il méditait pendant des heures sans s'arrêter. Son travail était on ne peut plus sérieux.

Le jour de sa vingtième année, Raeth avait atteint un très bon niveau, il avait surpassé son maître et à force de méditer et s'entrainer ainsi, l'esprit était désormais un outil précieux.
Nebras avait bien vieilli. Eh oui, le temps passe. Ses vieux os ne lui permettaient plus de se déplacer comme avant et il passait ses journées dans son lit, allongé.

Un matin, il appela Raeth et lui dit d'un ton désolant
« Raeth, je t'ai élevé comme mon fils, comme mon disciple. Tu as bien appris, tu es digne de vivre avec les dons que tu possèdes aujourd'hui. N'oublie jamais mes enseignements, soit prudents, et n'oublie jamais cette devise qui est là notre “L'allié le plus difficile à obtenir, c'est l'esprit. Une rude épreuve, mais une fois liée à lui, l'homme n'est plus le même. Désormais, à toi de réussir cette épreuve.” » Le jeune homme s'exclama « Nebras ! Pourquoi me dire cela maintenant ? » Le vieux répondit « Ce soir, c'est mon heure, j'ai assez vécu dans ce monde et tout mon savoir t'a été transmis. Comme je te l'ai dit quand tu étais jeune, je peux désormais partir en paix. » À ces mots, Raeth prit son maître par les épaules et en s'énervant dit « Maître ! Il n'est jamais temps de parti... » Nebras le coupa net
« Si, il est temps. Écoute-moi attentivement. Dans le coffre sous mon lit se trouve ma première tenue de combattant, elle est à toi. Aussi, je veux que tu prennes ce Katana que je t'avais montré, il est à toi. Il y a aussi une petite boîte avec ma tenue, cette boîte était à tes côtés quand je t'ai découvert. Le jour où tu sentiras que tu dois l'ouvrir, ouvre-la. Mais pas avant » Raeth tenait maintenant la main de son maître, le fixant les larmes aux yeux
« Merci, Nebras... » Dit-il avec cette voix trouble qu'on a quand on retient des pleurs.
Le vieux sage fit un dernier sourire en regardant son disciple puis dans un dernier souffle, sa main tomba de celle de Raeth. Le maître n'était plus.

Raeth resta à son chevet plusieurs heures, puis il prit enfin une décision. Il sortit la tenue de son maître, et la revêtit. Il mit ensuite la boîte dans une petite poche qu'il accrocha à sa ceinture. Puis il attrapa son Katana et fit de même, il l'accrocha à sa ceinture.
Le reste de la journée fut consacrée à l'enterrement du défunt.

Le soir, après avoir enterré Nebras a coté de sa petite maison, après quelque regard sur la pierre tombale qu'il avait gravé lui même. Raeth prit dans la maison le strict nécessaire puis, après avoir fermé la demeure, s'élança à travers les sentiers, en quête d'une nouvelle vie.
La tenue était légère et adaptée pour bondir et courir dans de bonnes conditions, ce fut un grand avantage.

- Coupé ! Oui la on pourrait dire que c'est fini, mais on va évité. Je n’aurais pas du coupé ? Ah... Mes excuses alors *s'inclinent*. On reprend. -

Raeth vécut de petits boulots, de divers services pour des gens, sans compter la chasse et la pêche qui était des métiers pratique en cas de besoin.
Au fil de ses vadrouilles à travers les contrées du Royaume de l'Est, il arriva à Comté du-lac, charmant village des Carmines. Il décida de s'y établir pour quelque temps. Le jour où la population quitta le village, il suivit le mouvement.


- *Voix extérieure* T'aurais pu évité de faire des commentaires pendant l'histoire quand même !
- *Voix d'imbécile* Rien à faire !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Raeth. Combattant de l'esprit.   Lun 26 Déc - 21:40

J'aime, et je ne vois aucune incohérence. Et du moment qu'on est d'accord que toute chose à une limite, la demande est acceptée !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Raeth. Combattant de l'esprit.   Ven 30 Déc - 16:49

On est d'accord. Merci bien Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Raeth. Combattant de l'esprit.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raeth. Combattant de l'esprit.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Acceptées.-
Sauter vers: