Partagez | 
 

 [Chevalier de la mort] Zack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Chevalier de la mort] Zack   Dim 1 Avr - 2:23

[HRP]: Voilà le Bg de mon Dk, Zack. Je vous souhaite une agréable lecture Smile *est fière de son pavay*


PROLOGUE:



« En remontant assez loin dans mes souvenirs, j'arrive à me rappeler de mon ancienne vie, tout était plus beau. C'est ironique non? J'étais promis à un meilleur destin, tout ce pourquoi je luttai m'a été enlevé, je suis devenu ce que je haissai. Et je me retrouve donc ici, moi, Zack, qui aurait cru que je ferai partie de ces cadavres putréfiés? pitoyable.... Mon frère, mes camardes... Je regrette bien cette époque, où tout était si simple, si calme. La nostalgie, c'est sa qui me gagne, la plupart du temp ce sont les remords qui la précède. Tout me manque... Hélas rien ne peut être changé et la vie que je mène aujourd'hui n'a rien à voir avec le passé. Les souvenirs de mon ancienne existance remontent à la surface et me font mal...J'aimerais tout de même les revivre, revoir une dernière fois ce qui m'a été cher, sa a l'air tentant...»



CHAPITRE 1: UN APPRENTISSAGE FRATERNEL.





Je n'ai pas de souvenir de mes parents, cela remonte à trop longtemp sûrement, on me disait qu'ils étaient mort en héros lors de la deuxieme guerre qui nous avait opposée à la horde...Nous étions donc orphelins mon frère Tenry et moi, élevés par l'église d'Hurlevent nous fûmes éduqués à la manipulation de la lumière dès notre plus jeune âge. On nous enseigna tout d'abord la theorie, la croyance en des liens nous reliant à l'univers, nous devions rechercher la perfection en nous meme. Tenry était beaucoup plus motivé que moi et progressait plus rapidement, peut être était est ce dû au manque d'amour parental qu'il ressentait moins...Il donnait le meilleur de lui, proposait son aide, un vrai enfant modèle. Moi, j'étais un enfant plutôt normal, timide, et un peu replié sur lui meme avec un manque de confiance en soi, en y repensant tout sa me fait rire... Il put très vite accéder à l'apprentissage des trois vertues nécéssaires à l'utilisation de la lumière, le Respect, la Tenacité et la Compassion, il travaillait dur et m'étonnait chaque jour de plus en plus par son ambition, il n'a naturellement pas eu de mal à acquérir la Ténacité. Il avançait à son rythme et moi au mien, chacun traçant sa propre route, j'étais sans nul doute moins doué que lui, j'ai éprouvé beaucoup de difficulté à matriser la vertue de la Compassion, allez savoir pourquoi, cela était peut être un signe, moi même je ne le sais pas encore.

Il s'écoula plusieurs années durant lesquelles nous montions en force et devenions de plus en plus prometteurs, c'est alors que des travaux de plus grande importance nous fûmes proposés, les accomplissant un à un, nous présentions une image forte bonne de nos compétences. Tout de même meilleur que moi, rien ne le retenait de m'aider dans les moments de difficulté et de doute, m'aidant à réparer mes erreurs et me faisant approfondir les pouvoirs de la lumière que lui même avait appronfondit, je le considérait comme mon père, sur toute les choses que l'on m'a enseigné dans la vie, je pense que c'est lui qui m'en a appris le plus. Je me souviens en particulier d'un moment marquant, nous avions été chargés d'enquêter sur une femme suspectée de magie noire, cela n'étaient que des soupçons et c'est nous qui avions été envoyés sur place, c'était une vieille auberge avec une aubergiste plutôt jolie, mignonne, envoutante, une apparence trompeuse et prompt à nous tuer tout de même. A première vue il n'y avait rien d'anormal, au moment de partir, c'est en m'appuyant sur le mur par pur hasard que je sentis un courant d'air frais, j'appelai discretement mon frère pendant que l'aubergiste était occupée à d'autres choses. Nous avions donc trouvés une entrée cachée dans laquelle nous nous sommes engouffrés, une salle dont les murs étaient de pierre s'offrit à nos yeux, des bougies en guise d'éclairage et sur le sol... un cercle d'invocation entouré de symboles démoniaques, la preuve était devant nos yeux, cette affaire propulserait notre carrière, nous étions excités, oui, excités et non effrayés. C'est alors qu'un rayon traversa la pièce pour m'atteindre à la jambe et donc me mettre à terre, mon frère se cacha vite parmit quelques caisses en bois, une femme descendait alors les marches de l'escalier avec douceur, ce n'était autre que l'aubergiste, prévisible. Elle ne semblait pas avoir vu Tenry tapit dans les ombres. Une voix se fit alors entendre, la sienne en l'occurence «- Alors? On vient se mêler de ce qui ne nous regarde pas? Bien, je vais en finir» Elle sortit alors une dague de sous sa chemise et s'appreta à m'égorger. Quand tout à coup, sans aucune raison à première vue, elle s'écroula au sol, inconsciente, mon frère se tenait dernière à bout de souffle à cause de l'anguoisse que cela avait engendré. Il me ramena alors à la Cathedrale où on m'apportait les soins necessaires à mon retablissement.
Tenry et moi avons grandit et appris ensemble et ces souvenirs resterons à jamais gravés dans mon cœur, enfin, ce qu'il en reste du moins.




CHAPITRE 2: UNE RIVALITE GRANDISSANTE.



Les entrainements que nous pratiquions lors de nos moments les plus libres étaient pour moi une activité vitale, nous nous entrainions à l'arme et accumulions de l'experience au fur et à mesure des années, nos liens se renforçaient à la même allure. Cependant une certaine rivalité se devellopait entre nous, même si j'étais loin derrière, avec du recul je me dis que peut être seul moi en avais l'impression, cela est certainement dû aux évenements qui suivirent notre enquete dans l'auberge. Alors que mon frère avait fait son rapport sur ce qui s'y était passé, notre supérieur semblait êxtremement satisfait de nos actions, nous nous attendions alors tout deux à une promotion, excités et impatients. Une promotion fut effectivement offerte, mais à mon frère, lui qui était revenu sans blessure, lui qui m'avait sauvé la vie, lui qui était naturellement plus doué que moi, c'est à ce moment précis que tout débuta, la rivalité était omniprésente et ma jalousie envers lui grandissante, l'envie succèda à l'impatience qui fit naître elle meme de la haine. Mes sentiments envers mon frère étaient confus et je ne savais plus si je devais l'aimer ou le detester.

Cette époque fut très difficile à traverser pour moi, tandis que mon frère grimpait les échelons un à un sans difficulté et se faisait une renommé d'homme talentueux et bon, moi je restais dans l'ombre à obéir aux ordres, à travailler dur pour conserver ma place actuelle ainsi que ma crédibilité. Au final, mon frère atteignit la distinction de sergent...Ce fut alors un sentiment d'immense «echec» qui naquit en moi. Ce même sentiment s'estompa quand Tenry me proposa une place sous ses ordres, en terminant son offre par une phrase qui résonne encore en moi « Des frères ne devraient pas se dechirer pour une question de statue, surtout après avoir vecu de si bon moment, c'est dans les moments de tensions que les liens fraternels sont réellement mis en avant». Toute sensation de rage s'estompa en moi, mon frère ne souhaitait pas ma décheance ni mon echec, il m'aimait....Puis arriva le jour que tout le monde se doit de rencontrer, un jour qui nous fait decouvrir une douceur appelée «amour». Elle s'appelait Adèle Fymra, le jour de notre rencontre reste encore présent dans ma mémoire comme l'un des moments les plus doux de mon existance. Ce jour, Tenry et son unité, dont moi, avions été affectés à un poste avancé de Hurlevent, on nous avait aussi annoncé l'arrivée d'une nouvelle recrue, une femme. Ce fut elle et je ne l'ai jamais regretté. Je suis alors tombé tout de suite sous le charme des ces cheveux bruns, de ces yeux émeraudes, de sa peau delicate et douce...Enfin bon, trêve de descriptions...Elle n'était qu'une simple soldat et était incroyablement fascinée par la lumière. Voyant alors mon affiliation avec celle ci, elle m'a abordé très vite et nous en avons donc discuté longuement jusqu'à ce que des liens soient noués, elle m'a racontée entre autre que la carière de soldat avait été décidée par sa famille. Au début, elle ne pouvait voir mon frère qui était souvent absent dû à son grade actuelle, ce qui me permis de plus la connaître et inversement pour elle. Cependant, ce n'est que plus tard, que Tenry ayant moins de travail grâce au fait que nous étions rentrés à la capitale, réussit à l'apercevoir et à avoir de courts dialogues avec elle. Un jour, lorsque mon frère et moi étions seul, il m'avoua ses sentiments pour Adèle, une vieille flamme se raviva en moi, celle de la rivalité. Je ne lui ai donc pas raconté mes mêmes sentiments pour elle, mais la haine était là. La jalousie se fit croissante si bien que je n'étais plus le même, mon frère me voyant alors dans cet état m'interrogea et c'est à ce moment que je lui dis la verité, la haine qui m'animait, mon amour pour Adèle.... La conversation dégénera et se finit par un coup de poing de ma part. Je fus alors muté dans une autre section, mon frère fut responsable d'une autre unité. Nous étions alors tout les trois séparés, mes pensés étaient tout le temps tournées sur elle...

Plusieurs mois s'écoulèrent lentement. La troisieme guerre commençait, le Fleau attaquait et lorderon était sa première proie. J'appris que mon frère y avait été envoyé en premier, je l'enviais, mes ordres étaient de rester à l'arrière, comme renfort si des choses dégéneraient. A partir de ce moment je n'eus plus de nouvelles de personne ce qui préocupa encore plus mon esprit.


CHAPITRE 3: CONFLIT


La nation était mobilisée, la nourriture était rationnée, la crainte avait atteint son paroxysme. La guerre avait été déclarée et je fus envoyé quelques temps après mon frère sur le front. Durant mon trajet vers celui-ci, je ne cessai de me demander où étaient Adèle et Tenry, je me faisait du soucis pour eux malgrès la dispute que j'avais eu avec lui. Là bas, les morts vivants étaient animés d'une rage extraoirdinaire, si bien que ma principale vision n'en fut que le sang, la pourriture, l'anguoisse et la chair... L'amour avait été chassée de mon esprit par toute ces visions horifiques d'Azeroth. Je donnai le meilleur de moi même afin de vaincre cette horde de morts dévalant sur notre monde, j'essayai d'ignorer comme je le pouvais la fatigue mais elle prenait à chaque fois le dessus m'obligeant ainsi à me reposer à l'arrière. Je ne me contentai que d'un minimum de repos, je voulais atteindre mon but: Devenir fort, être reconnu comme l'égal de mon frère et conquérir le cœur de ma bien aimée. Les journées se firent de plus en plus longues et éprouvantes, la défaite se sentait de plein nez, nos troupes se faisaient à chaque fois repousser malgrès tout nos efforts pour resister. Je perdais de plus en plus espoir, ma volonté de combattre me quittait peu à peu en voyant mes camarades périrent les uns après les autres et se relever chez l'ennemi, c'est là qu'elle m'a pour la première fois «sauver».

Une unité de renforts nous fut envoyée et parmis elle se trouvait Adèle, dès que nos regards se sont croisés nous nous prîmes chacun dans les bras pour ensuite discuter longuement de ce que nous avions vécu. Elle aussi commençait à perdre espoir avant de me retrouver. Elle m'a annoncé ensuite qu'elle n'avait pas de nouvelles de Tenry, à ma grande déception. Le lendemain fut un jour important, on nous avait rassemblé pour nous faire transmettre les plans d'une grande offensive, sur le papier tout cela semblait cohérant, le moral des soldats avait par conséquent remonté, une lueur d'espoir subsistait. Le jour de l'offensive, la tension était palpable. Les bataillons étaient ordonnés et prêts à défendre le territoire. Au bout de plusieurs minutes d'attente, un mort vivant se fit apercevoir au dessus d'une colline, derrière lui, une veritable armée le suvait, le cor fut sonné et les deux armées se percutèrent violemment. Le sang giclait, les cris donnaient des frissons , le chaos était présent. J'avais perdu la compagnie d'Adèle, confus au milieu de cette foule agressive. Je me battais de toute mes forces tuant chaque ennemie avec une violence dont je n'avais jamais fait preuve jusque là.

Puis je le vis, son armure, sa carrure, je pouvais le reconnaître entre mille, il était de dos mais j'étais persuadé que c'était lui, j'accourais alors pour le soutenir, une fois arrivé à coté il se retrourna. Je ne m'était pas trompé, c'était bien lui, c'était Tenry, mon cœur semblait éclaté par la même occasion, il n'était plus humain...Relevé d'entre les morts il n'avait plus aucune part d'humanité, il se rua vers moi avec violence, j'esquivais ses attaques tout en essayant de le résonner mais je savais que je ne pouvais plus rien faire, sa peau decomposé et son crâne ouvert ne laissaient aucun doute. Je devais mettre fin à ses souffrances, nous nous battions avec acharnement, j'étais en larmes, le monde semblait s'écrouler autour de moi. Puis, un son sortit de sa bouche «Zack...» je fus frappé de l'interieur par cette parole, subsistait-il en lui une part d'humanité? Ma garde fut relachée. En un éclaire je sentit quelque choses se planter en moi pui ressortir, mes mains sur mon abdomen, un liquide chaud coulait. Je tombais sur les genoux, ma vision se troublait. Un cri:«Zack!!!», Adèle...



CHAPITRE 4: RENAISSANCE.



Adèle avait assistée à notre combat, voyant Tenry transformé et moi à genoux. Elle se hâta vers moi, pleurant, afin de me proteger. Arrivant alors par derrière, elle beneficia de l'effet de surprise, empala alors ce qui fut mon frère, étais-je sauver? Ce n'est qu'après quelques secondes que je realisais que les deux êtres auquel je tenais le plus au monde s'étaient transpercés mutuellement. Il tombèrent au sol, c'est là que je vis le visage putréfié de mon frère...Il pleurait.. Il pleurait...Je tombais à mon tour au sol, rampant jusqu'au deux corps, je murmurai «Tenry...Adèle...Pourquoi?», je pris leurs mains les plaçant dans les miennes. Mon cœur est véritablement mort ce jour là, mes souvenirs defilaient...Ma vie defilaient...L'eglise, les entrainements, les longues discutions avec Adèle...
Ma vue se troublait de plus en plus, tout s'assombrissait. Moi, mon frère, ma bien aimée, morts côte à côte dans une marre de sang. Mes yeux se fermèrent lentement puis se fut le noir complet.
Je me reveillais en sursaut. Mes derniers souvenirs mes revinrent «Adèle, Tenry...» cependant je n'arrivais plus à ressentir aucun amour. Je me rendais compte que la chaleur qui animait autrefois mon corp avait disparut. Je realisais ce qui m'étais arrivé et fus pris d'une grande tristesse. Désormais j'étais chevalier de la mort sous les ordres du Roi-Liche et de Thassarian, sous leur influence.... Ce fut alors une periode de guerre qui reprit à laquelle je participais, désormais champion du Fleau. Le Roi liche ne tarda pas à se révéler comme manipulateur et trompeur. Les chevaliers de la morts se retournèrent alors contre lui dont Thassarian, et moi avec. Cependant je ne le rejoins pas et decida de devenir libre. Partant alors récuperer le corps d'Adèle, je la trouvais étendu à l'endroit de ma mort. Voyageant alors aux royaumes de l'est et apprenant le conflit contre les trolls, je decidais enfin de l'enterrer avec soins et ayant toujours un sentiment de regret quant à mon passé.
Ceci était mon histoire, mes souvenirs, cependant il m'en reste d'autres à forger. Désormais déchu de mes pouvoirs sacrés, mon épée est mon seul souvenir de mon ancienne vie, la citée de Stromgarde s'étendant devant moi sera le théâtre de ma renaissance.


[HRP]: Je n'ai pas encore decidé quels stuffs je demenderais pour mon personnage.

Torse:50272
Epaulettes:50208
Taille:49808
Cuissardes:49784
Pieds:50215
Poignets:50230
Mains:50194
Arme:18876
Cape:47225
Merci.


Dernière édition par Aztarok le Lun 2 Avr - 18:35, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Chevalier de la mort] Zack   Dim 1 Avr - 10:28

Bon Background, assez triste, mais j'aime bien.
Il y a néamoins des fautes d'orthographe à corriger.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Chevalier de la mort] Zack   Dim 1 Avr - 13:58

J'aime bien le Bg. On attend l'apparition de Zack à Stromgarde avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Chevalier de la mort] Zack   Mer 4 Avr - 13:43

Je croyait n'avoir aucune critique à faire, mais j'ai néanmoins put en trouver une.

L'histoire est touchante, bien racontée, on lit vraiment ses pensée... mais disons qu'a la comparaison de ses sentiments d’antan, sa condition de mort vivant n'est que très peut décrite en comparaison. Mais, il est vrai qu'il serais redondant de dire qu'il est sans émotions et cetera desunt.

Donc en conclusion, bon Bg avec de belle musiques bonus. En claire, en résumé, c'est validé.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Chevalier de la mort] Zack
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chevaliers de la mort.-
Sauter vers: