Partagez | 
 

 Velycia Fauchelevent et Glaedr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Velycia Fauchelevent et Glaedr   Mar 1 Mai - 14:36

La vie doit être préservée...




Tout était beau, tout était vert. Le vent fouettait les feuilles avec une douce mélodie. Les arbres de Kalimdor bougeaient légèrement avec cette brise. Une brise d’été, une brise de douceur extrême. C’était là qu’elle était née, là qu’elle a vu le jour pour la première fois. Cette jeune Elfe naquit dans ces contrées verdoyantes. Ou le mal n’existe pas. En effet, Velycia vivait avec ses parents dans une petite maison. Ses parents étaient des éleveurs et paysans aux revenus modestes. Dans sa jeunesse, elle jouait dans cette forêt où les arbres viennent chatouiller les nuages. Elle courrait à en perdre haleine, elle courait sans savoir où elle allait. C’était cela le plus beau.

Dés son plus jeune âge, et dés qu’elle eu l’âge de tenir les armes, c’est elle qui allait chercher de la nourriture pour sa famille. Armée de son arc, elle partait, allait d’arbre en arbre, cueillait les meilleurs fruits. Les meilleurs légumes. Quelque fois, elle partait pour trois, peut être quatre jours. Elle se débrouillait toute seul pendant se laps de temps. Elle s’amusait à abattre des pommes rouges avec son arc. Comme tous les Elfe, elle avait une prédisposition avec la nature. Quand elle en eu assez de s’amuser avec son arc ou de cueillir des plantes, elle s’arrêtait, s’allongeait près d’un petit lac qu’elle connaissait bien, et écoutait les oiseaux et autres petits rongeurs dans les arbres. Ses cheveux blancs depuis sa naissance étaient emplis de feuilles qui lui donnaient un aspect sauvage.

La rencontre




Un jour cependant, tandis qu’elle pistait un sabre-de-nuit, au couleur noir comme la mort, et qu’elle allait d’arbre en arbre, elle vit un petit hippogriffe surgir des buissons. Elle n’en avait jamais vu, seulement entendu par son père qui lui racontait parfois. Un filet de sang s’échappait de son aile. Elle le regardait marcher en boitillant. Il avait des plumes noirs sur le long du corps et de la tête. Ses cornes prématurées perçait avec peine son crane encore jeune et ses yeux luisait quand les rayons du soleil y pénétraient. Il essayait de s’envoler en vain. Perchés sur son arbre, elle n’eu pas de mal à comprendre celui qui lui avait fait cela. Elle vit surgir des buissons le tigre aux crocs acérés. Celui-là n’allait pas lui faire de cadeau. Elle s’élança de son arbre, arc à la main, et lui lança une flèche qui vint d’abord se loger dans sa patte. Celui-ci fit volte-face et la regarda droit dans les yeux. Il était assurément plus gros qu’elle. Il déchira la flèche avec ses crocs et essuya avec sa langue râpeuse le sang qui y coulait. Velycia avait déjà encochée une flèche et attendait. Ce fut un face-à-face terrible. Le petit hippogriffe s’était réfugié à côté d’un tronc et attendait. C’était la première fois qu’elle se trouvait en face d’un aussi gros tigre. Celui-ci s’élança néanmoins en un bond majestueux. Elle, lui décocha sa flèche et se jeta à terre pour éviter l’assaut. Elle se retourna aussi vite que l’éclaire, mais rien ne se passa. Le tigre gisait, une flèche entre les deux yeux. Content d’elle, elle s’approcha du petit oiseau.

Yeux dans les yeux



Il avait drôlement mal à son aile, c’était insupportable. Il savait qu’il n’aurait pas dû quitter le nid. Néanmoins, il avait l’âge de partir et ses parents le voulaient de toute manière. Il ouvrit néanmoins les yeux pour voir où était animal-dangereux-aux-grandes-dents. A sa place, il vit une deux-pattes-aux-longue-oreilles qui le regardait fixement. Il avait peur qu’elle ne le tue pour en faire son repas, alors il s’agita dans tous les sens mais celle-ci le stabilisa et il sut que c’était là fin. Mais à la place de le manger, elle lui appliquait une sorte de pâte-qui-sent-fort sur son aile blessée. Il la regardait avec de grands yeux interrogateurs. Pourquoi faisait-elle cela ? Néanmoins, il avait la certitude qu’elle ne le mangera pas. Elle le caressait avec des gestes doux qui lui firent plonger dans le sommeil.
Il se réveilla dans une petite maison, sur un tas d’herbes bien grasse. Il vit d’abord la pièce de long en large puis entendit une deux-pattes-aux-longue-oreilles qui parlait à sa sauveuse :
« Tu n’aurais pas dû l’amener ici, sa mère ne va peut-être plus le reconnaître maintenant. Son odeur n’est plus la même. Et puis qui s’occupera de lui pendant que tu seras absente ? »
L’autre ne lui répondit pas et sortit brusquement de la maison. Il regarda son aile et la fit pivoter. Il n’avait plus mal. Il sortit donc rejoindre sa sauveuse. Elle était assise sur une colline, les cheveux qui flottaient grâce au souffle-qui-fait-voler. Il arriva près d’elle en poussant de petits cris. Elle le regarda avec un sourire triste et lui posa sa main sur sa petite tête. Il savait qu’elle ne l’abandonnera pas, pas après tout cela. Il se blottit donc contre elle, et ensemble, ils regardèrent la boule-de-feu-qui-vole.


Amis pour toujours



Des années avait déjà passées, l’hippogriffe avait déjà grandit. Il était devenu plus gros qu’elle. Ils ne se quittaient plus désormais. Elle avait juré de s’occuper de lui jusqu'à la fin, elle le fera. Des années plutôt, elle avait essayée de le chevaucher. Il ne bougeait pas, attendait simplement et dés qu’elle fut sur son dos, ils s’envolèrent. Ensemble, ils faisaient de magnifiques figures acrobatiques. Faisant des sots périlleux et autres « tonneaux ». Ils se parlaient souvent entre eux, bien qu’il ne lui répondait pas, elle savait toujours ce qu’il voulait.
Elle avait maintenant l’âge de rentrer dans l’armée, mais ce fut à la seule condition d’abandonner son seul et unique ami. Sinon elle aurait pu faire comme ses parents, mais cela ne l’intéressait pas. Elle l’avouait, elle aimait se battre. Elle se présenta donc en tant que soldat, Glaedr son hippogriffe la suivait mais elle avait refusé. Elle avait trouvé une option pour qu’ils continuent à se voir, elle filait le rejoindre quand cela lui était possible. Néanmoins, son entraînement de soldat prenait tout son temps. On lui apprit le maniement de l’arme d’hast notamment. Elle n’était guère forte avec cette arme mais avec le reste, c’était pire. Seul l’arc restait son point fort avec son agilité, sa dextérité. Tous les autres élèves étaient subjugués par sa rapidité et sa précision. Beaucoup lui demandaient des conseils. Elle leur répondait simplement qu’il faut s’entraîner. Elle se rendait compte qu’elle avait abandonnée Glaedr et devait tenir ses obligations. Cependant lors d’un entraînement au tir à l’arc, ses supérieurs lui laissèrent du repos étant donné ses capacités. Elle était donc partie en quête de son ami. Quand ils se rencontrèrent de nouveau, ils s’étreignirent. Le temps s’était arrêté. Seule leur amitié contait. Elle remarqua néanmoins que quelque chose le tracassait. Elle ne dit rien et monta sur son dos pour prendre un envol spectaculaire.
Au départ, il faisait ce qu’elle lui disait de faire. Il prit néanmoins les rennes et se dirigea vers son camp d’entraînement. Elle essaya de le résonner, lui disant qu’ils allaient tous les deux en pâtir. Mais à peine étaient-ils en vues de ses supérieurs qu’il commença à faire des figures qu’il n’avait jamais essayer. C’est à ce moment qu’elle comprit. Alors elle prit son arc, et entre deux figures, c'est à dire quand il se stabilisait, elle tirait sur les épouvantails. A chaque fois dans le torse ou dans la tête. Tous en bas poussaient des « ah ! » ou des « oh ! ». Et après quelques minutes de parade, ils se posèrent.
Un de ses instructeurs s’avança près d’elle les sourcils froncés. Elle lui avoua tout. Lui disant qu’elle ne pouvait se séparée de lui qu’elle l’aimait. Que c’était comme quelqu’un de sa famille. Au lieu de la réprimander, le visage de l’instructeur s’adoucit. Il lui dit simplement.
« Il faut que je te parle, et maintenant ».
Il lui offrit l’opportunité de rejoindre les célèbres Sentinelles. Elle et son hippogriffe pouvait désormais rester constamment ensemble. Elle était fière de ce qu’elle était devenue. De ce qu’ils étaient devenus. Quelques années passaient, son entraînement avec les Sentinelles lui avait appris à perfectionner tous ses mouvements. Elle se débrouillait désormais avec son arme d’hast. C’est alors qu’on lui offrit un arc magnifique. Un arc que seul elle était digne de maîtriser. Ils se virent confier leur première mission. Avec deux autres Sentinelles, ils devaient aller prêter main-forte à la résistance, c’est alors que l’épopée commença…

[Pour ce personnage, j'aimerai item=48420 ainsi qu'un Hippogriffe et un sort de soin mineur s'il vous plait. Merci d'avance. En espérant que cela vous a plu... Maintenant, à vos claviers et que les critiques fusent !]


Dernière édition par Laostra le Mer 9 Mai - 17:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Velycia Fauchelevent et Glaedr   Mar 8 Mai - 12:58

Encore une fois un problème d'ordre chronologique : Ton elfe est née à proximité de Darnassus, donc elle est très jeune, sans doute trop pour intégrer les sentinelles. De plus, si elle est jeune, elle n'a pas un talent hors pair dans le tir à l'arc à quelques années seulement. Enfin, il s'avère qu'à la fin, elle tire des flèches sur son hippogriffe en pleines figures, ce qui est impossible si c'est la première fois qu'elle fait cela, et dans des figures, c'est quand même presque impossible. En attente d'une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Velycia Fauchelevent et Glaedr   Mar 8 Mai - 17:50

L'Elfe justement n'a jamais fait ces figures, mais elle en a fait d'autres. Elle vit constamment avec l'hyppogriphe donc elle n'a pas de problèmes pour tenir dessus du fait qu'elle vole toujours avec lui. Les figures que l'hyppogriphe execute restent, je pense, à sa portée vu son "entraînement" .

Concernant l'âge je vais le modifier pour qu'elle soit plus vieille. Je vais donc enlever tous les marqueurs temporels. L'Elfe sera donc de l'âge qu'il faut, quoique jeune. Et le fait qu'elle rentre dans les Sentinelles n'a rien à voir avec son entraînement bien qu'il compte, c'est le fait qu'elle arrive à faire des figures avec son Hyppogriphe.

Ensuite, elle tire à l'arc depuis sa plus jeune enfance. A ses débuts c'était comme un jeu et elle s'est rendue compte plus tard qu'elle pouvait utiliser son arc pour chasser etc. . .

En attente de ta réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Velycia Fauchelevent et Glaedr   Mar 8 Mai - 18:37

Quand un hippogriffe fait des figures, je m'imagine des tonneaux, des loopings etc. Or, on ne peut pas tenir sans s'accrocher si on a la tête à l'envers, donc je maintiens le fait qu'il est ultra compliqué voire impossible de tirer pendant que l'hippogriffe fait des figures. Aucun problème ensuite pour le niveau si le BG est bien écrit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Velycia Fauchelevent et Glaedr   Mar 8 Mai - 20:30

Modifié, désormais Vélycia tire QUE quand l'HIPPOGRIFFE se stabilise et est "immobile".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Velycia Fauchelevent et Glaedr   Mar 8 Mai - 22:07

Tu n'as toujours pas corrigé le terme d'hippogriffe dans ton texte, m'enfin, pareil que pour Aztarok, tu n'es pas "exceptionnelle" à l'arc, tu es très bonne, mais pas "maître". Je valide donc ta demande.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Velycia Fauchelevent et Glaedr   Mer 9 Mai - 8:30

Merci, je m'occuperai des corrections cet après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Velycia Fauchelevent et Glaedr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Acceptées.-
Sauter vers: