Partagez | 
 

 [Demande de RP ] Nogoniak, le Rohart.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Demande de RP ] Nogoniak, le Rohart.   Sam 18 Juin - 17:20

Le bruit des vagues s’écrasant contre la glace…le bruit des Kayaks qu’on met a l’eau… les bruits des pêcheurs se préparant à rendre service au Village. Je me réveillai le regard portant sur le toit épais de chaume, puis sur les solides murs de bois et de pierre et enfin sur la fenêtre laissant passer, à travers les volets, un rayon de soleil me réchauffant le ventre. Je me levai et me dirigea vers la fenêtre pour l’ouvrir, je poussai les volets pour me faire agresser les yeux par le soleil resplendissant. Il était rare qu’on est un ciel aussi beau, un matin en Norfendre. Je regardai les pêcheurs, ainsi que mon père, partir vers les eaux profondes, des souvenirs me revenant en mémoires devant ce spectacle matinal. Le jour où on a essayé de m’apprendre a pêché. Mon père me disant :
-Tiens bien ta canne, concentre toi et ne fait qu’un avec ta canne a pêche, il faut que ce soit une extension de toi-même.
Je tenais ma canne à pêche a pleine force, il faut savoir que pour un Rohart je suis plutôt chétif et faible, je lançai la ligne aussi loin que je le pus, mais sous l’effort qui me fut demandé je fus emportez dans l’eau ainsi que la canne à pêche. Alors que je flottais, elle, partait vers les abîmes. Il faut savoir que pour les Roharts un bon pêcheur est quelqu’un avec des bonnes valeurs morales et doit donc être respectable et qui s’attire, de plus, la sympathie des congénères femelles, imaginez un peu ce que c’est pour quelqu’un qui ne sait pas pêché. Je fus ridicule pendant ce jour, le soir à l’heure où il fallait manger, je lus la déception sur le visage de mon père. Cette image de mon père restera toujours dans ma mémoire. Une voix me rappela alors au présent :
-Nogoniak, viens nous aider, dit une voix douce et chaleureuse.
-J’arrive, mère. Dis-je en reconnaissant celle qui m’avait mit au monde.
Je sortis de ma chambre et me dirigea vers la pièce principale, où je retrouvais ma sœur et ma mère occupé à décortiquer le poisson pour le banquet de ce soir. Les Roharts font toujours un banquet quand les pêcheurs ramènent le poisson pour le village. Je passai le reste de la mâtiné à décortiquer des poissons et à penser.
Le soir arriva plus tôt que prévus et vus le temps qu’il avait fait, la pêche a dut être payante. Je regardais le soleil se couché doucement, mais un détail attira mon attention sur l’horizon. Les pêcheurs étaient revenus. Un sourire se dessinant sur mon visage à la pensé de l’ambiance festif de ce soir. Je me dirigeai vers le quai, où j’attendis leurs accostages, ils finissaient enfin par quitter leur kayaks et à les posés assez loin des vagues. Plus je regardais tour à tour les pêcheurs revenir, plus je voyais qu’il n’y avait que moi de réjouie. Et plus je regardais les pêcheurs présent, plus mon visage se décomposait. Un pêcheur s’avança vers moi et me tendis un bout de bois cassé en deux, non, pas un bout de bois…une canne à pêche, celle de mon père. Le soir même une fête fut commémoré en l’hommage d’un nouveau pêcheur prit par la mer. J’étais assis sur un sac, des sanglots m’arrivèrent aux oreilles et je tournai la tête a la recherche de la source de se bruits, ma mère et ma sœur étaient enlacés l’une contre l’autre et pleurer la mort du dirigeant de notre famille. Sentant les larmes me venir je préférai rentrer chez moi, et dans ma chambre. Je m’allongeais sur le lit et regarda la chaume le sommeil parvenant à prendre le dessus sur la tristesse. Mes rêves furent vide… comme si il me manquait quelques chose.
Le bruit des vagues s’écrasant contre la glace…le bruit des Kayaks qu’on met a l’eau… les bruits des pêcheurs se préparant à rendre service au Village. Je me réveillai le regard portant sur le toit épais de chaume, puis sur les solides murs de bois et de pierre et enfin sur la fenêtre laissant passer, à travers les volets, un souffle d’air froid. Ma vie comportera un vide… elle ne sera plus la même. Je me rendis sur le quai et regarda mon reflet sur l’eau. Je vis un Rohart au pelage brun et à la barbe brune elle aussi, ainsi que deux défenses un peu jaunies et un ventre un peu rondouillard, puis une onde vient perturber mon reflet, je tournai la tête et vu un crabe allant dans l’eau, pour enfin y disparaître.
Les jours passèrent et le vide de mon père se fit sentir, la nourriture était moins abondante pendant nos repas malgré la sympathie des villageois qui ont partagés ce qu’ils pouvaient. Une nuit, un bruit me réveillai, provenant de la salle principale, je me levai et me dirigea vers la source du bruit. Ma sœur était là entrain de manger le plat que l’on avait préparé pour les jours suivants :
-Mi’a ? Demandai-je.
Elle se retournait et explosa en sanglot. Je me dirigeai vers elles et l’étreignit pour calmer sa peine.
-Sa va allez. Dis-je, essayant au mieux de la calmer.
Elle releva la tête, le visage encore humide. Je lui fis un sourire, et elle me le rendit.
-Allons dehors, sa nous fera du bien. Proposai-je.
Elle me suivit sans dire un mot. Le quai était calme et la lune était pleine, je me retournais et constata avec horreur ce qui était arrivé a ma petite sœur, les femelles Roharts comme les mâles ont pour habitudes d’être ventripotent, mais Mi’a était presque svelte. Le cruel destin du manque de mon père me frappa en plein visage. Sa ne pouvait terminer ainsi, nous ne pouvions éternellement survivre grâce au rations des villageois, je ne pouvais plus contourner la chose, il fallait que j’aille pêcher et que je nourrisse ma famille. Le lendemain à l’aube je pris le kayak de mon défunt père et m’en alla vers l’horizon. Les premières heures furent les plus difficiles aucun poisson ne mordait a l’hameçon, la première journée fut un échec, mais je ne revenais pas au village pour autant, j’ai fait une promesse et je dois la tenir. Deux jours étaient passés et aucun poisson n’avait été attrapé, j’avais faim, j’avais soif, mais je n’abandonnerais pas. Un voile couvra alors le ciel bleu, un voile noir, l’orage éclata et la mer fut déchaîné comme jamais. Les vagues montant et descendant, manquant à chaque fois de peu de me faire chuter de mon kayak, je m’agrippais de toutes mes forces au bord du Kayak et je serais ma canne à pêche entre mes jambes. Une poussé du dessous me fit quitter le kayak en vertical, je montai de deux maîtres pour atterrir à côté du kayak, cherchant aveuglement son bord, je finis par l’attraper. Mais cette chose n’était pas dur de bois, mais dur d’une autre matière, un cri horrible alors retentit dans l’océan et la chose fila a tout allure sur l’eau, je restais accroché, car si je lâchais, je n’avais aucune chance de survivre. NON, il ne fallait pas. J’ouvris les yeux et vus un poisson grand de 12 mètres environ, entrain de filer dans chaque vagues pour me décrocher. Je ne pouvais lâcher, je m’agrippais de sorte à ce que je puisse monter sur le dos du poisson et m’accrocher à sa nageoire dorsale. L’eau continuant à me fouetter le visage, les forces me manquaient, j’allais bientôt lâcher, ce poisson ce débattais avec une tel hargne… Un bruit sourd ce fut entendre et je fus projeté en l’air. Puis le noir complet.
Un sentiment de froid, des bruits…beaucoup de bruits… et des claques…des claques ??
J’ouvris les yeux et vit le village entier autour de moi. Mi’a sur mon ventre entrain d’essayer de me réveiller, je regardais les visages des autres pêcheurs, mais ils ne me regardaient pas, ils regardaient quelques chose à ma droite…Je tournais la tête et le vu. Le poisson de 12 mètres gisait sur le sol glacé, il était mort sous l’impact de la glace et avec le mouvement de bascule avait atterris sur le quai. Le soir un grand banquet fut célébré en mon honneur pour me félicité de la plus grosse prise que le village n’ai jamais connu. Le regard des gens à mon égard changea du tout au tout, l’agente féminine n’arrêtais pas de me tourner autour… et depuis ce jour je vais chaque jour pêché pour nourrir ma famille et mon village comme l’avait fait mon père autrefois. Rien n’est impossible, tout est réalisable.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voilà, j'espère que sa suffira. C'est une histoire simple à lire, j'espère que sa vous plaira.

Je demande donc, de devenir le petit Nogoniak, à fin de pouvoir participer au RP.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Demande de RP ] Nogoniak, le Rohart.   Mer 22 Juin - 22:32

Hmm, j'aime beaucoup l'histoire, simple mais jolie, ça change des habituels guerriers/mages Very Happy Quelques petites erreurs de langages mais rien de trop grave !

Pas d'incohérence flagrante, j'accepte cette demande, mais il faudra préciser la morph que tu souhaite.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Demande de RP ] Nogoniak, le Rohart.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Acceptées.-
Sauter vers: